« Mondes imaginaires II » (Imaginary Worlds II) 2019

Du 11 mai au 27 octobre 2019

Il était une fois…

Atlanta

De retour en force, l’exposition à grand déploiement Mondes imaginaires propose de nouvelles sculptures géantes réalisées à partir de végétaux. Cet événement promet de redonner le sourire aux visiteurs tandis qu’il les entraînera au cœur d’une odyssée fantastique prenant place dans les sections Midtown et Gainesville du Jardin botanique d’Atlanta. Une sirène enchanteresse, un paon somptueux et un trio de chameaux gigantesques comptent notamment parmi ces sculptures vivantes, pouvant atteindre une hauteur de 26 pieds et une largeur de 21 pieds.

Pendant toute la durée de l’événement, les visiteurs pourront admirer les sculptures sous un autre jour alors que chaque jeudi, à la tombée de la nuit, les jardins s’illumineront pour marquer le début des soirées Cocktails in the Garden.

Visitez le site web du Atlanta Botanical Garden






Quelques mots sur l’exposition

De retour à la demande générale, l’exposition vedette qui avait ouvert ses portes en 2013, en 2014 et en 2018  sera présentée du 11 mai au 27 octobre 2019. Elle recrée la magie de ses débuts en mettant en lumière des sculptures plus grandes que nature, soigneusement taillées et inspirées d’un univers mythique. Encore plus colossales que jadis, la majorité d’entre elles n’ont, à ce jour, jamais été dévoilées au grand public.

Mondes imaginaires éblouira les visiteurs grâce à son décor rempli de sculptures qui semblent tout droit sorties d’un conte de fées. Érigées tantôt à l’intérieur, tantôt en plein air, la plupart d’entre elles, conçues spécifiquement pour orner le Jardin botanique d’Atlanta, sont une réalisation des Mosaïcultures internationales de MontréalMD, l’organisation fondatrice de l’événement. Cette fois-ci, les sculptures réparties sur 14 installations ont été construites à partir de formes en acier recouvertes de terre et de mousse de sphaigne parsemée de milliers de plantes méticuleusement élaguées.

La toute nouvelle distribution de personnages se joint aux sculptures siégeant en permanence dans le jardin, dont la déesse de la Terre, le chien au poil hirsute et la horde de grenouilles, comptant toutes parmi les vestiges de l’exposition originale.

Ajout de sculptures dans les jardins

Dans le jardin Midtown, vous pourrez apercevoir un phénix géant surplombant le palier Alston, une sirène se prélassant aux côtés de la fontaine Howell, un dragon gargantuesque et une princesse endormie près du Great Lawn, un paon se dandinant à l’intérieur du Fuqua Orchid Center et trois chameaux aux dimensions démesurées allant d’un pas pesant de part et d’autre du jardin Skyline, pour n’en nommer que quelques-unes.

Au jardin de Gainesville, le paysage sera agrémenté d’une variété de créatures, dont un ogre sympathique, un panda monumental et des grenouilles batifolant.

La démarche des Mosaïcultures

Les étapes de création des sculptures représentent près de six mois de travail. Tout a débuté à l’automne dernier, alors que des ébauches conceptuelles de chaque pièce ont été dessinées, que des cadres métalliques ont été fabriqués et que des palettes de végétaux ont été sélectionnées à Montréal. Les cadres vides ont été expédiés à Atlanta en janvier et les horticulteurs ont ensuite commencé à les remplir de terre, puis à les couvrir de textile maillé. Par la suite, plus de 200 000 espèces de plantes, principalement des annuelles, ont été transplantées une à une. En raison des hivers trop rigoureux pour permettre aux annuelles de survivre, les sculptures ont dû être réalisées en sections, celles-ci ayant préalablement été semées en serre à l’extérieur de la ville, puis, au printemps venu, transportées par camion jusqu’au jardin pour un assemblage sur place. Des systèmes d’irrigation laborieux installés sous la surface des sculptures permettront aux plantes de pousser et aux créatures de fleurir dans la chaleur qui règne dans cette région au cours de la saison estivale.